Bravigou

010606

accueilovale

 

Posté par bravigou à 10:55 - Commentaires [28] - Permalien [#]


020606

Atia

Une "petite" paire de boucles d'oreilles d'inspiration plus ou moins romaine... Atia Balba Caesonia était la mère d'Octave qui, dans la très moyenne (voire mauvaise) série Empire, porte toujours de magnifiques boucles d'oreilles (dont aucune ne ressemble à ça, d'ailleurs ! )...

DSC_55462

Posté par bravigou à 04:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Promenade à Giverny

Petit bricolage rapide autour d'un carré de verre artisanal 18 mm et suite au visionnage de cette excellente série :

The impressionnists (BBC)

Merci aux filles de Lambton de me l'avoir fait découvrir !

Giverny BO

Posté par bravigou à 04:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Constance

C'était une charmante femme de vingt-cinq à vingt-six ans, brune avec des yeux bleus, et ayant un nez légèrement retroussé, des dents admirables, un teint marbré de rose et d'opale. Là cependant s'arrêtaient les signes qui pouvaient la faire confondre avec une grande dame.

Alexandre Dumas

Les trois mousquetaires

 

Constance2

Posté par bravigou à 04:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Reine Anne

"Anne d’Autriche avait alors vingt-six ou vingt-sept ans, c’est-à-dire qu’elle se trouvait dans tout l’éclat de sa beauté. Sa démarche était celle d’une reine ou d’une déesse ; ses yeux, qui jetaient des reflets d’émeraude, étaient parfaitement beaux, et tout à la fois pleins de douceur et de majesté. Sa bouche était petite et vermeille, et quoique sa lèvre inférieure, comme celle des princes de la maison d’Autriche, avançât légèrement sur l’autre, elle était éminemment gracieuse dans le sourire, mais aussi profondément dédaigneuse dans le mépris. Sa peau était citée pour sa douceur et son velouté, sa main et ses bras étaient d’une beauté surprenante, et tous les poètes du temps les chantaient comme incomparables. Enfin ses cheveux, qui, de blonds qu’ils étaient dans sa jeunesse, étaient devenus châtains, et qu’elle portait frisés très clair et avec beaucoup de poudre, encadraient admirablement son visage, auquel le censeur le plus rigide n’eût pu souhaiter qu’un peu moins de rouge, et le statuaire le plus exigeant qu’un peu plus de finesse dans le nez."

Les Trois mousquetaires. Alexandre Dumas

Reine Anne

.

Posté par bravigou à 04:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :



Fin »